Tounkara vous salue bien !

Par Pascal IglickiLe combattant parisien s’est illustré en s’adjugeant un tournoi d’un niveau plutôt relevé. Riconneau, Berrichon ni même Konaté n’ont pu le stopper dans son ascension. En marge, Sofiane Allouache et Farid Khider l’emportent facilement.   
 
 
Le Boxing Club de Bagnolet (93), sous la baguette de son chef d’orchestre Nadir Allouache (nouveau vice-président de la FFSCDA) a présenté dans son fief de la Seine-Saint-Denis un gala de Muay Thaï. Le fil rouge de cette soirée va être un tournoi de Muay Thaï (- 73 kilos) où sont invités des « nak muay » confirmés. À commencer par Moussa Konaté, un vrai spécialiste du genre et réputé pour sa puissance de frappe ; Tounkara Bakari, transfuge du KickBoxing et Ludovic Millet un tireur d’élite en Boxe française. Sans oublier Philippe Salmon, Fabrice Riconneau et Frédéric Berrichon. Mais pour donner une belle touche internationale à ce marathon, le Thaïlandais Klimnee Echapope et le Cambodgien Bunthen Sen vont tenter de jouer les trouble-fêtes. En « guest stars », Sofiane Allouache et Farid Khider vont livrer leur jubilé.
 
 Berrichon foudroie le favori
 
 
Le tournoi démarre sous les chapeaux de roue avec l’affrontement qui oppose Tounkara Bakari à Fabrice Riconneau. Très longiligne avec d’interminables segments, Tounkara fait mouche et met dans le vent son courageux rival. Plus rapide et surtout précis que Riconneau, le Parisien envoie sous tous les angles. Sur une frappe en zone basse, Riconneau se blesse à la cheville droite ; le combat s’arrête dans le 3e et dernier round. Frédéric Berrichon va avoir le redoutable privilège d’être opposé au Thaïlandais Klimnee Echapope. Ce dernier est annoncé comme étant une vraie terreur, un « clone » du dynamiteur Yodseanklai. Mais il en faut plus pour perturber Berrichon, un champion discret qui, une fois sur un ring, se mute en un redoutable guerrier.
 
Si le Thaïlandais semble à son avantage durant le round initial, il se fait admirablement piquer par un coup de genou sauté dans le deuxième, avant de se faire électrocuté pour le compte dans le troisième avec un high-kick sorti de derrière les fagots. Quelle empoignade entre Moussa Konaté et Philippe Salmon. Les deux nak muay vont se rendre coups pour coups durant les trois rounds d’une joute « endiablée ». Plus fort physiquement lors des trois dernières minutes, Moussa Konaté bascule en demi-finale. Enfin, pour compléter le quatuor, Ludovic Millet se débarrasse avec maestria du Cambodgien Bunthen Sen, pris de vitesse par la vista et le bon coup d’œil du champion du Monde de Savate-Boxe française. Afin de permettre à nos quatre qualifiés de récupérer, la jeune sociétaire du Boxing Club de Bagnolet, Kauter Salamat, va disputer le titre continental des moins de 71 kilos contre l’Italienne Irina Mazepa. Au terme de quatre reprises plutôt bien rythmées et techniques, la jeune Française s’impose aux points.
 
 […] Pour accéder à la version complète, procurez-vous le Karaté Bushido de juin 2011, disponible sur:http://boutique.karatebushido.com/product.php?id_product=99737
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *