Vous êtes ici
taekwondo Taekwondo 

Taekwondo

Taekwondo (Tae, le pied – Kwon, le poing – Do, la voie)
 
Le Taekwondo est une synthèse de différents arts martiaux coréens traditionnels.
Il se compose de plusieurs éléments : Ki Bonn (techniques, postures, déplacements), Poom Se (katas), combats, Keulogi (combat libre), Kyok-Pa (la casse). En compétition, les coups de pieds et de poings sont autorisés uniquement dans les zones autorisées (casques et plastron), il est interdit de tenir, pousser, renverser ou frapper du poing au visage. Tous les coups doivent être portés au-dessus de la ceinture. Les combats ont une durée de 3×3 minutes. Un système de points détermine le gagnant, la victoire par K.O étant autorisée.
 
La première source du Taekwondo est le Subakhi, art martial antique déjà spécialisé dans les techniques de jambes. En outre, au VIIe siècle, le monarque du royaume de Silla, féru d’arts martiaux, favorise l’introduction de la boxe chinoise Tang Soo (synonyme de Karate en japonais). Il fonde une nouvelle caste de guerriers, « les chevaliers de la fleur », qui respectent un code d’honneur similaire au Bushido des samurai, le « Hwarang Do ».
 
Sous l’occupant japonais, qui impose ses arts martiaux au détriment des techniques locales, des échanges de connaissances s’opèrent et la culture martiale coréenne s’enrichit. La fin de l’occupation en 1945 donne le coup d’envoi : les années 50-60 sont le moment d’une création collective pour donner à la Corée son propre art martial. Dans un premier temps, les arts martiaux traditionnels comme le Taekyon, Tae-soo-do,Tang-soo-do, et Kong-soo-do, sont repris et réutilisés. Choi Hong-Hi est parmi les premiers à les synthétiser et à formaliser le Taekyon à son retour du Japon. Le nom Taekwondo est finalement adopté en 1955.
L’objectif était de développer un art martial national, fondé sur des principes scientifiques afin de parfaire son efficacité et sa rationalité comme discipline d’auto-défense.
 
En 1965 est créée l’actuelle Korea Taekwondo Association (KTA). En 1972, c’est la fondation à Séoul du Kukkiwon, centre mondial du Taekwondo, équivalent du Kodokan de Tokyo pour le Judo.
En 1973, le siège est déplacé à Toronto par Choi Hong-Hi. En effet, ce dernier est très critiqué pour avoir fait une démonstration de taekwondo en Corée du nord en 1966, et désire préserver le taekwondo. Dans le même temps, le gouvernement cherche à faire de celui-ci un outil de propagande pour le pays et crée la World Taekwondo Federation (WTF), remaniant totalement toutes les techniques. Si le Taekwondo de Choi Hong-Hi (International Taekwondo Federation) est scientifique, celui de la ITF, choisit une autre voie, celle de l’olympisme.
 
 
1992 Sport de démonstration à Barcelone
1998 Sport de démonstration à Séoul
2000 Sport olympique officiel pour les JO de Sydney
Aujourd’hui, les deux formes de Taekwondo coexistent malgré tout. On compte 50 millions de pratiquants dans 168 pays.
 
 

Francis N'Gannou peut-il prendre la ceinture de l'UFC ?

Articles similaires

Leave a Comment